AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 When I grow Up [Akira]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Matsumoto Takanori

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 29/06/2011

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Jeu 8 Mar - 9:21

Il était toujours difficile de comprendre ceux qu'on aime le plus. Notre affection pour eux faussait notre jugement, et pour Ruki c'était la même chose. Objectivement, il n'y avait aucune raison pour que Reita veuille à ce point rester avec lui. Après tout, Ruki n'était pas vraiment le genre de personne à tenir une relation durable. Faute d'envie et d'intérêt pour ses anciennes compagnes, ou compagnons. Et maintenant il ne savait plus comment on faisait. A croire qu'avoir de l'itnérêt ne servait à rien dans une relation longue durée. Il y avait des jours comme ça où Ruki ne comprenait rien à la façon d'être un bon petit ami, et ça le faisait déprimé. Peut être n'avait-il jamais su comment aimer quelqu'un correctement en réalité? Heureusement les bras de Reita était d'un réel réconfort pour le petit brun, entre ça, et les mots de son amant, il n'y avait aucun doute, Ruki ne voulait absolument pas partir du tout. Il laissa son petit amoureux lui parler sans rien dire, parce que Reita avait quand même l'air vachement sérieux, et quelques part c'était tellement gentil ce qu'il disait, si bien que Ruki se sentit rougir quand même quand Reita lui fit du baise-mains. C'était pas vraiment habituel chez le petit de recevoir ce genre d'affection. Tant pis pour Reita. Il avait signé un pacte avec le diable, il venait de lui vendre son âme, restait plus qu'à en faire bonne usage, ce qui chez Ruki n'était pas chose aisée. Il allait faire attention a son blond, mais comme on dit.. Chassez le naturel et il revient au galop, il n'y avait plus qu'à espérer que ce galop n'écraserait pas trop Rei, sinon le petit brun ne se le pardonnerait jamais. En tout cas, il laissa Rei le tirer un peu, avant de refuser de bouger. Ruki et ses caprices.

-Je ne mangerais pas.... Maintenant.

Ah le vilain avait une petite chose en tête, et il n'en démorderait pas, comme toujours. Une fois que son blond fut arrêter, il s'approcha de lui, doucement, comme un loup qui ne veut pas effrayé sa petite brebis, et passa ses petits bras autours du cou de son blond, tout délicatement, rapprochant son petit visage de celui de son Rei d'amour pour l'embrasser avec tout le calme, et la douceur dont il pouvait faire preuve à ce moment là. Oui, ça faisait trop longtemps qu'ils discutaient de choses tristes, il fallait changer l'ambiance et quoi de mieux qu'un tout petit bisou tout doux? C'était petit Ruki et ses petits bisou magiques qui font aller mieux, enfin, qui devraient, mais bon ça, après ça dépend surtout de la personne en face. Il finit par mettre fin a ce baiser, fuyant le regard de Reita, un peu gêné, il dit alors

-Maintenant on peut manger.

Il s'écarta de son blond, et au lieu de retourner à la cuisine, il retourna dans le salon, s'asseoir sur le canapé, comme un petit enfant tout mignon tout sage, avec un petit sourire sur ses lèvres. Pourquoi il souriait? Parce que Reita allait sûrement se fâcher, et lui dire encore qu'il devait manger, ou ce genre de choses, et il finirait par venir avec la nourriture, et Ruki pourrait passer son temps près de son beau Reita, rien que ça c'était suffisant pour le petit brun. Et même qu'il pourrait prendre Reita pour son oreiller personnel si il s'y prenait bien... Vivement que Reita arrive... Pourtant le brun ajouta.

-Et pis je suis pas malade. Juste il y a des choses plus importantes que manger... Comme toi par exemple. Tu es une chose très importante. C'est vrai faut que je prennes soin de mon Rei préféré...

Ruki redevint silencieux, a vrai dire il commençait à réfléchir a une ou deux petites choses. Certes, il était en manque de nourriture, et en manque d'attention de la part de Reita, et c'était mauvais. Mais Ruki avait ce petit regard tout bizarre qu'il avait toujours quand il pensait à certaines choses. D'ailleurs Reita ne tarda pas à savoir ce que le brun avait en tête, puisqu'il lui dit comme ça sans prévenir.

-Dis un jour tu seras mon esclave sexuel? Ou alors... Je pourrais être le tiens? Ça doit être marrant à occuper comme fonction pendant toute une journée... ah oui il faut qu'on fasse ça Rei. Va falloir que j’aille acheter tout le matériels dont tu auras besoin..... J'ai hâte

Et ça se voyait dans ses petits yeux cette petite lueur d'envie. Pourquoi Ruki parlait de ça soudainement? A cause de tout à l'heure. Il y repensait et si Reita pouvait avoir l'air moins mauvais que tout à l'heure, ça pourrait être beaucoup plus amusant, surtout comme Ruki était une victime tellement coopérative la plupart du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuki Akira

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 25

Identity Card
▬ Qui suis-je ?: Reita, un bassiste ordinaire quoi!
▬ Que fais-je ?: De la musique, quel question!
▬ Mes Secrets: Un secret? C'est quoi, ça?

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Ven 9 Mar - 4:52

    Ce serait bien le comble si Ruki devait développer une maladie chronique ou mentale en plus. Déjà que j'étais déjà médicamenté parce que je frôlais la dépression ( je ne voulais pas m'avouer en véritable dépression. D'ailleurs, je le suis pas. J'ai aucune raison de l'être quand j'ai Ruki avec moi. Je suis pas malade, d'accord? ).... Bref, je devais prendre soin de lui, m'assurer qu'il ne manque de rien. Parce qu'avec son plâtre, il ne pouvait pas s'en sortir comme d'habitude. Dans un sens, il était plus vulnérable, et il dépendait de moi. S'il ne mangeait pas et mourrait de faim, ce serait de ma faute. Alors j'allais le forcer à manger. De force s'il le faut.

    Mais il s'arrêta, ce qui me fit m'arrêter aussi, et sur le cou je me demandais bien si je ne devrais pas vraiment le forcer à manger. Il n'allait pas manger... maintenant? Mais j'étais super fatigué, il devait être autant fatigué que moi... Si c'était pas maintenant, alors c'était demain. Ou à peu près. Moi je voulais dodo... Il fallait donc que j'ouvre la bouche pour dire quelque chose. Mais à voir comme Ruki s'approchait de moi maintenant, je ne pus que gardai la bouche fermée. Mon petit amoureux est un homme imprévisible. Au lieu de dire n'importe quoi qu'il n'écouterait pas vraiment, je ferais mieux de simplement essayer de deviner ce qu'il avait en tête. Bonne chance.

    Je n'eus pas le temps de m'imaginer toutes les éventuelles possibilités que déjà il passa ses petits bras autour de mon cou et s'empara de mes lèvres tout doucement. Mon cœur manqua un battement. C'était le genre de moment où je me sentais simplement heureux d'être celui qui avait Ruki comme petit ami. Simplement heureux de pouvoir le garder entre mes bras et me dire qu'il est à moi. Rien qu'à moi. Ce que j'étais stupide de l'aimer à ce point. Ce qu'il était stupide de m'aimer tout autant. Dans un sens, on s'adonnait si mal lui et moi, alors que de l'autre on était juste parfait. Rien ne peut être totalement parfait, dans un couple, hein.

    Je souris lorsqu'il s'écarta pour dire que maintenant, il allait manger. Victoire de Reita sur le petit Ruki! Sauf que le Ruki en question ne se dirigeait nullement vers la cuisine, mais plutôt vers le salon. Exaspéré, j'allais chercher la nourriture avant de le rejoindre dans le salon. Il s'était assis tout sagement sur le canapé. Je vins m'asseoir à côté de lui, en indien tourner vers lui. Prenant une bouchée entre les baguettes, je la tendis vers lui.


    -C'est ça. Tu prendras soin de moi quand tu pourras prendre soin de toi tout seul. En attendant, tu vas me faire plaisir et manger tout ça.

    J'avais un peu l'impression de le traiter en bébé. Mais qu'importe. Il était encore vulnérable et dépendant pendant un nombre limité de temps, il fallait que je profite de ce court laps de temps. Après, je n'aurai plus aucun avantage sur lui. Même si je ne suis pas vraiment sûr qu'on puisse dire que j'ais un certain avantage en ce moment. Il me le prouva d'ailleurs avec sa prochaine réplique.

    Je le fixai un instant, avant de détourner la tête alors que mes joues s'empourprait. Je me repris toutefois très vite et je me retournai vers lui, m'étirant pour lui donner une petit tape derrière la tête de la main que je ne tenais pas les baguettes.


    -Baka.

    Avec ses petits yeux brillants sous sa proposition, comment j'étais censé dormir cette nuit, moi? J'allais avoir plein d'idée, plein d'image... Peut-être même que mes envies seraient réveillées toute la nuit à un point tel que je devrais me faufiller dans la salle de bain sans le réveiller. Ah, je commençais déjà à avoir des images appétissantes. Je nous revoyais tout à l'heure et...

    -Tu ferais mieux de faire attention, tu sais pas dans quoi tu pourrais t'embarquer.

    Je voulus sourire normalement, mais je devais quand même avoir l'air moindrement pervers. C'était sa faute, encore. Non mais c'est qu'il a le don de m'allumer... Je tendis encore une fois les baguettes vers ses lèvres si douce, ces lèvres qui m'appartenaient et qui semblaient être prêtes à obéir à mes moindre désirs. Je détournai encore une fois la tête. Ne pas penser à ses lèvres...

    -On le fera. Un jour. Mais il faut que tu manges bien pour te débarrasser vite de ton plâtre.

    Et il fallait qu'on change de sujet ou j'allais finir par crever...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsumoto Takanori

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 29/06/2011

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Sam 10 Mar - 17:15

Personne ne pourrait jamais dompter le petit brun. Il était comme ça, il avait son petit caractère, et ses caprices. Et des caprices, il en faisait, et pas forcément pour grand chose, mais il aimait ça. Il aimait faire son caprice, et embêter Reita, l'embêter, et l'embrasser. Parce que les deux étaient quelques choses d'agréables. Parce que c'était Reita, et que ses sentiments pour lui était plus qu'un caprice. C'était une vrai obsession. Un vrai besoin vital de l'autre, surtout maintenant que Reita avait signé peu importe ce que Ruki ferait de lui ou non. Reita était prévisible? Non seulement entêté comme Ruki, et le brun savait pertinement qu'il désirait le faire manger. Il fallait avouer que son corps mourrait de faim, mais qu'il était parfaitement capable de s'en passer. Faut croire que l'épisode de la rue n'était pas encore parti de son corps, et que les vieilles habitudes se gardent parfaitement bien. Il fit un beau sourire à Reita, quand il s'assit à ses côtés, nourriture en mains. Il ouvrit gentiment la bouche, et mangea ce que son amoureux lui tendait, ajoutant juste après avoir dégluttit.

-Juste en mangeant je te ferais plaisir? C'est presque trop simple alors...

Ruki lâcha un petit rire, tandis qu'il regardait Reita qui devenait rose, ne sachant plus vraiment quoi répondre à Ruki. A ce qu'il était mignon son blond comme ça. Faire rougir Reita était vraiment quelques choses qu'il aimait. Rei était tellement plus pure que lui, tellement le genre de garçon parfait, qu'on voudrait présenter à ses parents. Oui c'était sûr, Reita était le parfait petit ami. Il y a avait des moments comme ça, qu'il aimait vraiment beaucoup. Il fallait dire que Ruki ne savait faire que trois choses : l'amour, allumer, et se disputer. Le reste du temps, il le passait seul à travailler sur des choses qu'il aimait, où il était totalement concentré, alors que là, avec son Reita à ses côtés, comment se concentrer? La réponse de son beau blond le fit sourire, Ruki savait toujours dans quoi il s'embarquait, toujours ou presque. Mais il ouvrit encore une fois bien docilement la bouche, avalant le contenu des baguettes de Reita, et une fois qu'il eut mangé, il répondit.

-Je m'engage, à faire comme toujours. Ni plus, ni moins qu'à te faire plaisir. Mais là d'une manière complètement soumise, et sexuelle. Enfin, mise à part... Les plans à plusieurs, moi et quelqu'un d'autres, ou te regarder avec quelqu'un d'autres, ou avoir un publique.

Ruki le regarda sérieusement. Il était sérieux, toujours quand il parlait de sexe avec son blond. Ruki ne rigolait pas vraiment sur certaines choses, mais avec Reita, ce n'était pas courir un grand risque. Après tout, il l'aimait, et ne risquait pas de lui faire du mal. C'était son amoureux quand même. Puis il lui dit.

-Oui, on fera tout ce à quoi tu es déjà en train de penser. Et on prendra le temps qu'il faut.


Ruki avait envie de manger, mais Reita ne lui tendait plus de nourriture. Aussi le petit brun prit la mains de Reita qui tenait les baguettes, et le força à saisir de la nourriture. Mais n'étant pas sûr de la stabilité de sa prise, il se pencha jusqu'au baguettes, pour mettre le contenu dans sa petite bouche. Non Ruki ne cherchait pas à allumer Reita, pas maintenant. Il relâcha la mains de Rei, tandis qu'il finissait d'avaler, laissant le silence s'installer. Mais Ruki était Ruki, et il prit la boite de nourriture, dans ses mains, pendant qu'il se plaçait contre son beau Reita, la tête posé sur l'épaule de Rei, il regardait le plafond, pendant qu'il lui disait, tenant toujours le bentô.

-Tu me donnes envie d'écrire.

Oh bien sûr, Ruki n'allait pas rajouter "Une chanson d'amour", mais c'était ça qu'il pensait. Non Reita n'était pas sa muse, mais il y avait tellement de sentiments entre eux, tellement d'amour, que peu importe, il ne pourrait pas penser à autres choses qu'à tout cet amour qui l’entourait. Il tourna légèrement la tête pour déposer un baiser sur la joue de son blond pendant qu'il ajouta.

-Tu vas mettre quoi ce soir, à la télé..

Oui il valait mieux préciser. Il voulait pas que Rei pense que Ruki lui demandait ce qu'il allait porter cette nuit, ou ce genre de truc, légèrement pervers qui pourrait prêter à confusion. Après tout, c'était lui qui cinq minutes plutôt voulait lui être soumis, alors on aurait pu croire qu'il continuait de parler de ça, mais non. Reita était presqu'aussi confortable qu'un bon coussin, et en plus, il sentait bon, incroyablement bon, et il dégageait une douce chaleur rassurante. Il y avait pas à dire, Ruki ne voulait pas être ailleurs. Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuki Akira

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 25

Identity Card
▬ Qui suis-je ?: Reita, un bassiste ordinaire quoi!
▬ Que fais-je ?: De la musique, quel question!
▬ Mes Secrets: Un secret? C'est quoi, ça?

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Dim 11 Mar - 3:42

    Je crois que je suis du genre beaucoup plus simple et prévisible que la majorité du temps. C'est pas vraiment qu'on pouvait lire en moi comme dans un livre ouvert. Après tout, je livrais le fond de ma pensée qu'à de très rares personnes. Mais j'avais une ligne de conduite tellement simple que si je ne m'en éloignais pas, on pouvait facilement savoir comment j'allais réagir. Et ma ligne de conduite du moment consistait surtout à nourrir Ruki. Je ne pus m'empêcher de sourire un peu de soulagement lorsqu'il mangea ce que je lui tendis. Je m'en fiche si je suis trop simple. Le simple fait qu'il mange, c'était déjà bien.

    Ensuite, ma gêne était on ne peut plus normal. Je crois que dans N,importe quel couple normal, c'était le dominant qui proposait à l'autre de devenir son esclave, non? Et même, qui le forçait à le devenir. Bien sûr, j'étais content dans un sens qu'il propose ce genre de chose (je ne pouvais pas vraiment dire le contraire, ce serait un affreux mensonge), mais dans un sens, je n'étais pas en train d'échouer en tant que dominant juste parce que c'était lui qui proposait tout, avec ses yeux brillants, et cette espèce de hâte? Ruki, fais pas ses yeux là, je vais définitivement craqué...


    -Ce qui veut dire que tu n'as rien contre corde, fouet, menotte, ou tout autre accessoire sympa... y compris caméra...

    Plus on en parlait, plus je voyais passer devant mes yeux diverses possibilités qui durent rendre mes joues encore plus rouge. J'avalai difficilement ma salive, en espérant que ça me calmerait un peu. Ah, si j'étais pas si fatigué, c'est sûr que mon petit monsieur en bas aurait commencé à s'exciter. Dans un sens, c'est une bonne chose d'être aussi fatigué. Et Ruki qui disait qu'on ferait tout ce que j'étais en train de penser. Saignement de nez fois mille. Je suis qu'un pervers... Mais c'est de sa faute. Uniquement de la sienne.

    Je ne répondis rien, me contentant de le regarder faire dans sa tentative d'avoir une nouvelle bouchée. Puis il changea de position, et je dû changer la mienne aussi pour qu'on se retrouve tous les deux confortable, sa tête contre mon épaule.


    -J'espère au moins que je t'inspire pas quelque chose de triste.

    Han, faudrait que j'essaie de me remettre aussi à l'écriture, Mais j'ai pas autant de talent que lui pour ça, et encore là, mon seul petit talent d'écriture se classe beaucoup plus dans le rock que dans le pop. Juste en pensant que Ruki écrit des chansons tellement belle... je ferais mieux de rester interprète toute ma vie, comme ça j'aurai déjà l'air moins con.

    La télé, la télé..., machinalement, j'attrapai la télécommande et zappai les postes pour voir s'il y avait pas quelque chose de bon. Comme d'habitude, il n'y avait rien d'intéressant. Faudrait que je me lève pour aller fouiller dans ma collection de film pour trouver quelque chose d'intéressant, mais ça signifiait pousser Ruki pour que je puisse me lever, et je voulais pas qu'il se décolle. J'étais vraiment bien, comme ça, avec mon Ruki qui me servait pratiquement de couverture. Je n'eus d'autres choix que de partir le film que j'avais laissé dans le lecteur DVD, il y a deux jours déjà.


    -Le premier battle royale, je crois... Ça ou un des trucs de la télé?

    Je me sentais un peu lâche d'offrir si peu de choix alors que dans mon meuble de télé on voyait les rangées de film parfaitement alignés, attendant juste d'être choisis pour être écouter. D'ailleurs, il restait la possibilité que Ruki décide de se lever pour aller chercher un de ses autres DVD. Je passai un bras autour de sa taille, et de l'autre je réussis à remplir une nouvelle fois les baguettes. Je n'allais pas le laisser se relever pour aller chercher un autre film.

    -Tu as encore faim?

    Je me demandais si j'allais m'endormir en écoutant la télé ou si je n'allais pas pouvoir parce que j'étais trop absorbé par la présence de mon amoureux? Notre petite guerre de tout à l'heure semblait bel et bien terminé au moins. Heureusement. J'allais peut-être dormir tranquille.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsumoto Takanori

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 29/06/2011

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Dim 11 Mar - 10:44

Avec Ruki, les questions de dominants, ou de dominés ne se posaient pas. Peut être dans un couple normal, avec des gens normaux, le dominé ne disait rien, mais subissait les caprices de l'autre... Mais on était pas dans un couple normal, et Ruki n'était pas une personne comme les autres. C'est lui qui avait proposé, qui avait hâte, peut être même que Ruki était un petit SM, ou ce genre de choses, ou peut être juste qu'il aimait profiter de son Reita. De toute façon quand il s'agissait de Reita, et de faire l'amour, croyez bien que Ruki avait toujours hâte, tellement hâte que pour un soit disant dominé, il prenait beaucoup les devants. C'était Ruki à mi-chemin entre les deux. Mais Ruki était Ruki et c'était aussi pour ça qu'on l'aimait bien. Son côté chiant, mais tellement attendrissant par moment.

-Tout ce que tu veux. Même une laisse si tu veux. Sauf ce que j'ai déjà dit.. et pas de tenu SM, ni rien, et... enfin..; Seulement toi en moi.... Tu la mettra dans ta collection privée si tu fais une vidéo... J'avoue que j'aime pas l'idée qu'on nous voit... comme ça. Enfin.. Juste le côté nu, pas le côté qu'on soit ensemble hein. Enfin je m'en fou qu'on saches que je t'aime. Enfin.. tu comprends quoi....


Ruki était un peu gêné quand même. En faite, rien ne le dérangeait vraiment, mise a part des tenus bizarre, inconfortable, et vraiment superflus. Après tout le but, était d'être nu avec son blond. Oui son blond, parce que Ruki ne voulait personne d'autres pour lui, ni pour Reita. Personnes, et rien d'autres non plus. Parce que oui le petit brun même si il ne se promenait pas toute la journée dans des boutiques de jouets de ce genre là, savait parfaitement qu'il existait des substitues à son blond, et il refusait tout net de ne pas profiter de son Reita. Après tout, ils avaient pas besoin de ça pour que tout soit déjà parfait entre eux. C'était juste un caprice de Ruki. A vrai dire, Ruki aurait aimé avoir Reita en esclave, mais il était tellement pas doué pour donner des ordres dans ce domaine, qu'il n'aurait pas su quoi faire. Heureusement que Reita lui savait quoi demander, avec son petit air pervers qui bavait devant ce qu'il pensait déjà lui faire. Ah si c'était bien de voir Reita comme ça malgré tout. Ah ce qu'on était bien contre celui qu'on aimait, le petit brun ne bougea pas d'un pouce de là où il était pour répondre à son amoureux.

-Bien sûr que si. Tristes, et d'autres plus joyeuses. Ça dépend à quoi on pense. Si on pense à la séparation, c'est forcément triste. Et puis de toute façon... J'arriverais plus a rien écrire d'autres. Faut croire que t'es le genre de mec à qui on arrête pas de penser. Tes pauvres groupies...

Ruki et les groupies. Ah si il les comprenait parfaitement bien. Il faut dire qu'il les comprenait mieux que personne. Lui aussi avait passé des années à désirer Reita, sans avoir rien en retour, mise a part de l'amitié. Remarquez que c'est déjà mieux que les groupies dont on ne connaissait même pas le nom et encore moins le visage. Et maintenant, ils étaient là, et plus rien d'amitié ne restait vraiment. Le programme télé de ce soir lui importait peu en réalité, de toute façon il voulait juste rester avec son blond, le reste avait peu d'importance. Il lui répondit alors que son blond l'empêchait de s'enfuir.

-Ton film n'a rien de romantique. Mais on va regarder ça. Par contre laisses moi partir... Faut prendre une couverture, sinon tu va avoir froid. Je suis pas très chaud comme garçon. Alors, elles sont où?

Ruki tourna la tête vers son beau Reita a qui il fit un petit sourire tout mignon, tandis qu'il avala encore une fois le contenu des baguettes que Rei lui tendait. Miam. Ruki pouvait être tellement adorable quand il voulait. Encore fallait-il qu'il le veuille. Heureusement pour Reita, en cet instant, il ne désirait rien d'autres que d'être tout mignon, et coller contre lui toute la nuit à regarder un film violent, peu romantique, et peu enclin aux câlins. Quoi que, si le film était pas intéressant, il y avait toujours la possibilité de passer sa soirée à embêter son blond, chose qu'il adorait faire plus que tout. C'était un bon programme pour cette soirée... Miam. Miam. Manger Reita au dessert. Quoi demander de plus?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuki Akira

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 25

Identity Card
▬ Qui suis-je ?: Reita, un bassiste ordinaire quoi!
▬ Que fais-je ?: De la musique, quel question!
▬ Mes Secrets: Un secret? C'est quoi, ça?

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Lun 12 Mar - 1:16

    J'allais vraiment finir par crever. Si on continuait à parler de sexe, comme ça, c'est sûr j'allais mourir. Au bout de mon sang à cause de saignement de nez trop intense. Même laisse, hein? Me semble de voir Ruki, à quatre pattes, attacher à une laisse, qui fait son petit regard si craquant en m'appelant Maitre, puis de le voir attacher à la tête du lit, ne sachant trop s'il devait me supplier d'arrêter ou de continuer, alors que je... Je secouai la tête pour purifier mes idées. Il fallait pas que je pense à ça. Pas maintenant. Il y a des temps pour tout et le temps sexe était fini pour la journée. Il fallait qu'il soit fini pour la journée.

    -Comme si j'allais accepter que quelqu'un d'autre te voit, de toute façon... Tu as encore ma marque, tu appartient rien qu'à moi.

    Je m'étirai d'ailleurs pour aller embrasser le suçon que je lui avais fait hier, encore visible. Bien sûr que je comprenais ce qu'il disait. Je voulais crier au monde entier mon amour pour Ruki, mais je ne voulais que personne d'autre ne voit certaines parties de lui. Simplement parce que ça me faisait sentir unique, et spécial, d'avoir accès à tout un contenu interdit aux autres. Mais c'est vrai que cette chance unique apporte tout de même son lot de bonheur et de malheur. Je crois qu'on a assez vécu des deux extrêmes dans les dernier 36h, si au moins ça pouvait se calmer un peu, ce serait bien. Ou pas. Si on tombait dans une espèce de monotonie, il y a la possibilité qu'on pourrait finir par se lasser... Comme on pourrait se lasser de nos ''sautes d'humeur relationnelles''. Ah, c'est compliqué la vie de couple...

    -Ne parle pas de séparations alors. Et mes groupies peuvent penser autant qu'elles veulent, ma propre tête n'a plus de place pour penser à elles. D'ailleurs elles t'obsèdent vraiment mes groupies, hein? Qu'est-ce que tu ferais si je leur accordais un peu plus d'attention?

    J'avais un peu envie de jouer avec lui. Je n'avais pas vraiment envie d'écouter la télé. On était bien, là, sur le canapé, et on avait pas besoin d'autre chose que lui et moi. Mais je dus tout de même lui laisser la permission de sortir de mes bras un instant, pour qu'il aille chercher les couvertures. Je pensais un instant qu'il pouvait être vraiment chaud quand il s'y mettait, mais je m'étais promis de ne pas repenser au sexe... , D'ailleurs, comme il l'avait mentionné, c'était loin d'être un film romantique. Juste un film d'horreur plein de sang mais avec une histoire épique. Seul ou entre amis, c'est sympa à écouter. Mais avec son amoureux...

    -Je te libère le temps que t'aille chercher une couverte, point. Elles sont dans le coffre, à côté de l'armoire, là [/i]lui dis-je en pointant le fameux coffre. [/i] Tu vas chercher vite puis tu reviens, ou je meurs de froid.

    Déjà, juste le fait que je l'ai lâché et que je me sois reculer un peu pour trouver un meilleur appui sur le divan (puisqu'on allait cette fois s'installer pour une partie de la soirée) il faisait plus froid. Vivement que mon Ruki reprenne sa place rapidement dans mes bras. D'ailleurs, il devait se dépêcher à remplir la mission couvertes, parce que j'avais partie le film et qu'il commençait tranquillement, avec les annonces et preview habituel. Quoique dans un sens, c'est bien que ce soit un film violent. J'allais arrêter d'avoir encore plein d'images à causes des propositions de Ruki...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsumoto Takanori

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 29/06/2011

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Lun 12 Mar - 23:15

Est-ce que le but de Ruki était d'enflammer Reita? A vrai dire, si Rei ne lui était pas déjà sauté dessus, il ne le ferait pas, et c'était pas Ruki qui allait quémander quoi que ce soit maintenant. Il se sentait encore fautif à cause de ce qui s'était passé plus tôt dans la journée, et tentait d'oublier absolument tout dans les bras de Reita. C'était comme ça le petit Ruki, et puis, on était si bien contre son blond, alors pourquoi chercher plus, et chercher la petite bête? La réponse de Rei le rassura quand même, même si il le lui avait déjà dit, ça faisait toujours plaisir à entendre. Alors Ruki ajouta.

-Oh oui tiens, protecteur de mon intimité. J'avais jamais eut un garde du corps aussi mignon.


Ruki fit un beau sourire. Il savait que Reita aimait pas quand il disait qu'il était mignon, ou chou. Quoi ça fais pas viril? C'était son petit ami, qu'est-ce qu'il avait besoin d'être hyper viril hein? C'était du privé. Du très privé même. Ruki ne répondit pas sur le coup à la question de Rei sur ses groupies. A vrai dire, elles ne l'obsédaient pas, mais il s'y retrouvait par moment, un peu comme elles, à espérer la lune, et toujours a prier que Reita le remarque. Si ils ne travaillaient pas ensemble, il aurait sûrement pu être un Stalkeur. Enfin maintenant c'était sa propriété privé, et personne n'avait le droit de toucher à son Reita sous peine de mort. Au moins son amoureux le laissait aller chercher une couverture. Alors Ruki se leva, et chercha ce coffre. Parce que oui Ruki était à moitié bigleux la plupart du temps, et prenait un temps infini pour s'assurer de ce qu'il faisait, et surtout si la couverture était assez grande pour eux deux. Il la prit, et la jeta sur son blond, lui faisant un petit sourire. Ruki ne comptait pas garder son manteau, alors, il devait l'enlever. Mais Ruki était un petit Ruki malsain, aussi même quand il enlevait un manteau, et quand il faisait exprès de prendre l'allure d'un petit allumeur qui se déshabillait de façon presque suggestive. Juste pour embêter son Reita, auquel il dit

-Tu veux que je tienne la pose pour me prendre en photo?

Ruki fit un petit sourire d'innocent, mais c'était encore plus suspect quand il le faisait. Pourtant il ne tarda pas longtemps à juste poser le manteau par terre, et revenir auprès de son Reita, là où il faisait chaud, et agréable d'être. Il reprit alors, répondant enfin aux questions de Rei.

-Je peux pas parler tout le temps de belles choses. Tu me connais, mes paroles sont sombres, très sombres la plupart du temps. Parler de séparations c'est le minimum que je peut faire.


Il mit une petite pose avant de donner un léger coup à son blond en lui disant

-J'espère bien que tu penses pas à elles. Sinon je vois pas quoi faire d'autre. Je peux pas rivaliser avec une gamine à forte poitrine.... Et pis, elles m'obsèdent pas.. Je les comprends c'est tout... Essayes seulement de flirter avec l'une d'entre elles, et tu vas voir ce qui va se passer...


Une menace? Oui, bien sûr, toujours. Ruki était un petit gars jaloux, très jaloux. Fallait pas s'y étonné si Reita subirait des crises de jalousies. Enfin, il était jaloux, mais pas au point de l'agresser parce qu'il avait dit bonjours à quelqu'un. Sauf si c'était un ex. Et sauf si c'était une groupie à forte poitrine... On peut pas lutter contre la nature. Ruki aimait son Reita, et ça se voyait beaucoup, il se colla à lui, à la recherche d'un endroit à embrasser, et de préférence autres que sa bouche. Il arriva en luttant un peu, à se frayer un chemin sur la nuque de son blond, où il déposa quelques légers baisers délicatement, lui susurrant à l'oreille

-Il va falloir que tu m'en refasses un... de .. suçon...

Ruki allumeur? Bon d'accord, peut être un peu. En tout cas, il y avait ce sourire sur ses lèvres, tandis qu'il volait un baiser à Reita. Ah la violence du film ne ferait pas changer la douceur avec laquelle Ruki voulait prendre soin de son Reita. Il plaça bien la couverture sur eux, pour cacher l'avancer secrète d'une petite mains baladeuse qui s'aventurait sur des terrains que Ruki ne reconnaissait pas vraiment, du moment que ça embêtait un peu Reita, ça le dérangeait pas le moins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuki Akira

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 25

Identity Card
▬ Qui suis-je ?: Reita, un bassiste ordinaire quoi!
▬ Que fais-je ?: De la musique, quel question!
▬ Mes Secrets: Un secret? C'est quoi, ça?

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Mar 13 Mar - 2:05

    Je n'avais plus la protection de la nourriture pour penser à autre chose. Le film, il fallait que je me concentre sur le film. Le générique commençait, bientôt on allait voir ses chers élèves avant qu'il ne leur arrive tout plein de chose horrible... Je comptais vraiment l'écouter avec attention, même si je le connaissais déjà par coeur. Ou presque. N'en déplaise à Ruki, mais j'allais définitivement porté plus attention au film qu'à lui. Non pas qu'il devenait accessoire, mais il fallait vraiment que je cesse de penser. Demain matin sera un autre jour, c'est sûr.

    Enfin, je ne répondis rien d'abord. Une chance qu'il commençait à faire plus sombre avec le coucher du soleil, sinon il verrait encore mon visage rougir un peu. Ça devrait pas pourtant. Je devrais pas être heureux de me faire traiter de mignon... Mais venant de Ruki je ne pouvais pas ne pas en être heureux, dans un sens. En même temps, il me donnait une responsabilité énorme, Et j'allais la remplir avec succès. J'étais le seul homme sur terre qui avait le droit de se démener à fond pour le protéger, et pouvoir en profiter après par la suite. Hmm... Plutôt que garde du corps, on pourrait pratiquement dire que je suis un escorte. Ou mieux, c'est lui mon escorte? Pas de doute, j'avais la meilleur escorte de luxe pour moi tout seul...

    Bref, mon bel homme, après m'avoir jeté la couverture, enlevait maintenant son manteau. Et bien sûr, il ne pouvait pas l'enlever de façon normal comme tout le monde. Mais s'il était toujours comme tout le monde, il ne m'apparaîtrait pas aussi intéressant et je ne serais pas autant amoureux de lui.


    -Qu'importe ce que tu fais, tu as tellement un talent fou pour prendre toujours des poses si magnifiques...

    Quand je repense à toutes mes photos de lui, dans ma boite bien cachée... Qu'il soit en train de posé ou non, il reste toujours le plus beau des hommes. D'ailleurs, ces photos... Il a passé la journée seul chez mois, j'espère qu'il n'a pas fouillé et qu'il les a vu... Qu'est-ce qu'il en penserait? Que je le stalke? Eh merde... faudrait que je vérifie qu'il n'y a pas touché, qu'il a pas ouvert la boite... Demain. Pour l'instant, il revenait au creux de mes bras et je ne voulais pas l'y en déloger pour aller vérifier une boite. Je repassai mes bras autour de lui, avant d’essayé de me reconcentrer sur le film. Mais décidément, Ruki faisait tout pour attirer toute mon attention. Sans même le faire exprès, j'imagine.

    -Parle de séparation avec tes ex. alors Je veux pas imaginer que tu puisses t'en aller. Même pas pour faire une tournée. Si tu tiens à parler de chose triste, il y a plein d'autres sujets à développer... Mais tu veux pas t'essayer dans le oshare?

    Je rigolais, bien sûr, pour pas mentionner les sujets tristes facilement développable, même s'il voulait absolument écrire en pensant à moi. N'empêche, juste imaginer mon Ruki faire de l'oshare, peut-être avec un maquillage coloré, des cheveux colorés plein de couleur, un outfit rose bonbon, noir et couleurs flash... ça me donnait mal au coeur. Ah oui, s'il se met un jour à faire du véritable oshare, peut-être que ce sera suffisant pour que j'arrête de l'aimer et que je l'abandonne là avec ses guirlandes de bonbons et son surplus de couleur flash. Alors il pourra parler de séparation. Merde, faut vraiment que je sois fatigué pour penser à ça...

    -Si seulement les grosses poitrines venaient avec un peu de personnalité, aussi. La majorité des gamines de nos jours sont tellement superficiels, elles me rendent malade. Tu n'es peut-être pas formé naturellement comme elle, mais je perdrais gros si j'irais seulement pour le surplus chair, je me lasserais en une nuit. Encore pire si c'est une des groupies... Si ce sont des filles intelligentes en tant normal, elles font que te voir et elles perdent tout leur moyen. Tu peux même pas passer une soirée avec elle tellement elles sont inintéressante dans leur surplus d'admiration.

    Je suis pas sexiste, loin de là. J'ai juste de la misère à trouver intéressante une fille qui perd tout ses moyens ou vire complètement folle devant toi. Si Ruki peut les comprendre d'accord, tant qu'il se met pas à les imiter et à perdre toute sa personnalité pour rentrer dans la ''mode groupie''.

    Bon, oublions ça et concentrons-nous sur le film, le film. J'avais déjà loupé le début. Je ne pus pas vraiment me concentrer sur la suite en vrai, puisque Ruki me déconcentrait à grande attaque de petits baiser sur ma nuque. Son sourire, le petit baiser sur mes lèvres, puis sa main qui me caressait sous la couverte... il voulait vraiment ma peau, ce soir. Mais je pouvais pas craquer. J'étais juste trop épuisé pour craquer, je serais pas capable de rien, je sais. Fallait pas...


    -Demain.. mais ah, Ruki, qu'est-ce que tu...

    Je finis par attraper sa main et à l'éloigner de mon corps. Puis j'essayai de le regarder avec un air sérieux, pour lui montrer que je ne riais pas.

    -Demain. Je sais que tu as dit que tu voulais du sexe le soir en te couchant et le matin en te levant, mais ce soir sera impossible, alors attends demain, d'accord?

    Puis pour pas paraître trop sévère, je l'embrassai rapidement.

    -Le film est déjà commencé, faut le regarder. Et après dodo. Et demain matin je te ferai tout ce que tu veux.

    Je devais être très convaincant avec mes joues un peu rouges et ma légère excitation...[
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsumoto Takanori

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 29/06/2011

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Mar 13 Mar - 20:13

Que Reita pense que Ruki était son escort si ça lui faisait plaisir. Il faisait plaisir à Ruki de penser que Reita était son garde du corps, et qu'il veillerait sur lui, même si celui qui semblait avoir besoin d'aide était plus son amoureux que le petit brun fougueux. Mais une chose était sûre, c'était toujours plaisant d'entendre celui qu'on aimait dire même indirectement qu'on était magnifique. C'était toujours plaisant, et gênant, si bien que Ruki s'en échappa avec une petite pirouette, à base de

-La flatterie ne te mèneras nulle part avec moi.

Suivit d'un beau sourire amusé, et gêné. Il avait l'habitude des fillettes qui tremblaient en le regardant, et criaient son pseudo de leurs voix suraigue qu'elles voulaient en chaleur, mais qui avaient seulement le don d'énerver le brun, malgré tout le respect avec lequel il les traitait. Mais c'était des groupies, et c'était comme ça. Mais Reita qui le disait, subitement ça devenait affreusement gênant. Peut être parce qu'il était le seul dont l'avis comptait royalement. Et si Reita lui disait qu'il était moche avec tel ou tel coupe de cheveux, sûrement que ça le blesserait beaucoup plus que d'illustres inconnues. Mais le petit brun lâcha un soupir. Faire de l'oshare? Plutôt mourir.

-La pop c'est déjà limite. Tu veux aussi que je me trouve un groupe d'idol qui ne savent ni chanter, ni danser et qui sont là juste pour qu'on bave dessus pendant un concert? Merci, mais non merci.


Comment fâcher Ruki, lui demander de changer. Quand le changement s'imposait ça allait, mais quand on lui disait de faire, tel ou tel chose, ça avait le don de l'agacer. Encore plus quand on atteignait ses limites. Et Ruki venait de les atteindre. La Pop était le seul truc qui ressemblait encore à de la musique potable.

-De toute façon vu le nombre de groupies que t'as, t'aurais de quoi t'amuser une ou deux années tout les soirs, seulement... T'avises même pas de flirter plus que nécessaire avec tes groupies, t'aimerais vraiment pas ce que tu verrais de moi. Et j'ai pas l'intention de partir, même pour une tournée, sans toi... Surtout pour une tournée et te laisser avec tes petites catins en chaleurs, non merci.

Ruki de mauvaise humeur? Pas vraiment. Seulement les groupies c'étaient dangereux. Et si Ruki pouvait rire des siennes, et comprendre ce que ressentait celles de Reita... Si une de ses pétasses s'approchaient trop de son Rei, ou si Rei l'encourageait un peu trop, sûr et certain qu'il ferait un massacre. Comme on dit, la confiance il n'y a rien de plus simple à briser, la patience de Ruki aussi. C'était aussi pour ça qu'on l'aimait. Alors oui, il tripotait Reita, mais a vrai dire, il ne savait pas bien ce que sa mains touchait de son blond, parce que avouons-le, il ne connaissait pas encore suffisamment bien le corps de Reita du bout des doigts. Mais c'était agréable d'entendre Reita protester, l'air faussement mécontent.. Il était faussement mécontent pas vrai? Sur la seconde Ruki eut un petit doute, restant en attente d'un geste ou d'un mot pour être fixer, quand des lèvres qu'il appréciait particulièrement, glissèrent trop rapidement sur les siennes. Mais il faisait exprès ce blond! Ruki allait lui montrer de quel bois il se chauffait! Enfin non... Il se chauffait au Reita, mais c'est un détail. Ruki fit sa tête d'innocent, tandis que Reita subissait le retour des assauts de sa mains baladeuse, pendant qu'il répondait, tout mignon.

-Qui parles de sexes ici? T'es vraiment un obsédé.. t'es irrécupérable... Je cherchais juste... a mieux connaître ton torse... Histoire si demain je venais à t'acheter une chemise, de savoir quelle taille prendre..

Ruki fit un petit sourire innocent, alors qu'il cherchait vraiment le moyen d'embêter Reita le plus possible. Il se rapprocha de Rei encore un peu plus, lui faisant face, il avait vraiment envie de l'embêter royalement ce soir. Il avait cette petite lueur dans son regard, celle qui disait que Ruki allait sortir une betise, il continua plus bas.

-Et quelle taille de sous-vêtement aussi...

Ruki avait toujours ce sourire, tandis qu'il se pencha à l'oreille de son blond, essayant de placer sa mains tout près de l'entrejambe de son amoureux, pour lui murmure à l'oreille

-Et si je veux t'acheter des préservatifs...

Il s'écarta de son Reita, cessant de le toucher, il acheva sa phrase.

-Au cas où une groupie arrive à ses fins...

Ruki était vraiment le diable quand il voulait. Vraiment, et il avait l'air tellement fier de lui avant d'ajouter

-Je t'ai juste demandé de me faire un suçon, et toi tu parles de sexes. Faut pas me lancer Rei... Tu sais que je m'arrêtes plus après...


Ruki fit encore un énorme sourire pervers à son blond, et se rassit sa place, comme si de rien n'était, laissant tout de même sa mains aller embêter son Reita encore... C'était trop facile..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuki Akira

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 25

Identity Card
▬ Qui suis-je ?: Reita, un bassiste ordinaire quoi!
▬ Que fais-je ?: De la musique, quel question!
▬ Mes Secrets: Un secret? C'est quoi, ça?

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Mer 14 Mar - 14:44

    J'avais réussi à faire fâcher Ruki un peu, apparemment. Une chance qu'on ne disait rien de sérieux, et qu'on ne faisait que plaisanter. Mais ça ne dura pas longtemps, puisqu'il en vint très rapidement à la jalousie. Il aimait bien les ramener sur le plancher, mes petites groupies, hein. Qu'importe, il était mignon quand il me menaçait comme ça. Comme s'il avait une petit insécurité, comme s'il avait peur de me perdre. Bien sûr que ça n'arrivera jamais. Que je ne partirai jamais avec une de mes groupies. Elles sont tellement... insatisfaisante. Au lit je parle. Elles font parfaitement leur rôle de groupies, quand même.

    -Je passerais pour un pervers si je me les tapais toutes les unes après les autres... Ce serait mauvais pour ma réputation. Et puis, ce serait pas aussi bon que quand c'est toi. Et j'aurais peur de dire ton nom alors que je suis avec l'une d'elle... T'imagine après toutes les rumeurs, fanfiction et fanarts qu'elle irait faire?

    Qu'importe, maintenant il fallait éloigner Ruki un peu, ou j'allais mourir d'un surplus de chaleur. Je l'avais repoussé un peu, mais je me contredisais vraiment en venant caresser ses lèvres juste après. Parce que je ne pouvais pas m'en empêcher. J'avais espérer, bien sûr, qu'il arrête un peu son manège tout bonnement. J'avais été naïf de croire ça, hein? Mon petit brun est certainement pas du genre à accepter de s'éloigner, encore moins quand il a ce sourire innocent. J'aurais du ne pas réagir, je crois. Alors il se serait lasser et se serait mis à regarder le film. Mais c'est impossible de ne pas réagir quand Ruki glisse ses petits doigts sur mon corps...

    -Ruki... Je peux te dire qu'elle taille je fais ce... c'est plus simple...

    Le retour de sa main sur mon corps, réveillant un peu mon corps fatigué. C'est pas bon, c'est pas bon du tout même. Sa main qui était revenu se poser sur moi, et qui explorait avidement les moindres détails de mon corps, se mit à descendre peu à peu, me faisant craindre le pire. J'écoutais à peine ce qu'il disait, me contentant de me délecter du son de sa voix, trop sensible à sa main qui était beaucoup trop proche de mon membre maintenant un peu trop réveillé. Il fallait que je lui dise de reculer, d'arrêter. Mais il était trop proche, il faisait trop chaud, je n'arrivais plus vraiment à réfléchir.

    Puis, d'un coup, il s'éloigna. Il ne me touchait plus du tout quand il recommença à me parler absolument comme si de rien n'était. J'ouvris de grand yeux, un peu frustré. Non, il pouvait pas faire ça? Si? Il reprit sa place tout bonnement, juste comme je le voulais. C'était ce que ma tête voulait, mais pour mon corps, c'était trop tard je crois bien. Ma peau accueillit avec bonheur le retour de la main de mon amoureux.


    -Ruki... s'il te plait...

    Il est cruel. Très cruel. Si cruel que je ne savais même plus si je le suppliais d'arrêter, ou de continuer. Il fallait qu'il arrête bien sûr, mais ça serait pénible si c'était le cas. Il avait réussi à trop me réveiller, à trop faire monter la chaleur et le désir. Même s'il fallait qu'il arrête, il fallait tout de même trouver un moyen d'enlever cette pression qui s'était accumulé...

    -S,il te plait... tu peux pas t'arrêter comme ça...

    Il y avait vraiment que lui qui arrivait à me faire ça.... Il n'y avait que lui que je pouvais et devais supplier pour me délivrer des mauvais sorts qu'il me jetait... Ah, Ruki... Tu n'as rien à craindre de mes groupies, tu as déjà lié ta corde fort autour de mon cou et je ne m'éloignerai jamais... Mais s'il te plait, finis ce que tu commences...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsumoto Takanori

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 29/06/2011

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Mer 14 Mar - 19:43

Ruki aimait embêter Reita. C'était plus fort que lui. Il l'avait toujours fait d'ailleurs, d'aussi loin qu'il se souvienne. Quand il disait qu'il voulait que Reita quitte le groupe. Ou quand il chariait Rei pour pas grand chose. Il y avait toujours quelques choses à dire sur son blond, pour l'embêter. Et ça marchait toujours. Mais là le problème était Reita et ses groupies. Ruki était un peu jaloux, mais il faut dire que Reita disait des choses de façons maladroites, que Ruki aimait bien chercher la petite bête.

-C'est très gentil d'entendre ton mec te dire qu'il pourrait te confondre avec une gamine. Dans mes souvenirs j'ai jamais eut de poitrine... Enfin je devrais pas m'étonner, vu que tu restes que parce que t'as rien de mieux. Si tu continues comme ça, c'est moi qui vais balancer des rumeurs, et mettre fin à ta carrière. Non mais oh. Un peu d'amour ça ferait pas de mal tu sais.

Bien sûr, il taquinait Rei, il avait bien compris le message... Mais c'était Ruki il avait envie de faire son chieur, et ça marchait toujours bien avec son blond, alors ça serait tellement bête de ne pas en profiter pour le charrier un peu plus. En tout cas le petit brun Jubilait de la façon dont Reita semblait céder à ses petites avances. C'était toujours un plaisir de voir Reita bégayer. C'était tellement adorable, que ça coupait presque les petites pulsions du brun. oui devant l'adorable Reita, il avait du mal à rester un sale pervers obsédé sexuel. Pourtant c'était tellement jubilatoire de voir Reita dans cet état, tellement consentant d'un coup, sûrment que Ruki avait vraiment beauocup de pouvoir sur son blond, ce qui était une bonne chose, et une mauvaise en même temps. Pourtant entendre Reita le supplier de pas s'arrêter là, le rendait fier de lui et légèrement sadique. Avoir du pouvoir sur celui qu'on aimait, ça montait vite à la tête, et petit Ruki répondit gentiment à son blond..

-Désolé.... T'as dis pas de sexe ce soir. Alors pas de sexe ce soir... Va falloir que tu supportes...

Ruki le regarda avec un doux sourire compréhensif. A vrai dire, il détesterait si Reita lui faisait ça. En même temps, le temps qu'il arrive à déshabiller Rei, le blond aurait eut le temps de mourir trois fois. C'était pas full efficace, et pis Ruki était un mauvais mais pas au point de laisser son blond en plan... Pourtant penser à ce qu'il allait dire avait tendance à le rendre un peu fébrile, aller savoir pourquoi. Il dit à son blond un peu hésitant, et légèrement exciter à l'idée que Reita lui obéisse sagement.

-Je peux pas t'aider... Sauf si.... Déshabilles-toi Rei. C'est un ordre. Et plus vite que ça!


Ah c'était peut être un ordre, mais celui qui semblait le plus impatient des deux devait être Ruki. Ah si, il avait toujours cet air de petit enfant devant l'arbre de noël attendant qu'on déballe les cadeaux. Avec cette meme fièvre, et excitation de la découverte. Petit Ruki ne pouvait pas vraiment aider son blond, même si il aurait voulu l'aider à aller plus vite plus vite pour découvrir cette zone. Mais non au lieu de ça, il lui dit

-Va falloir que j'en achète vraiment, sinon tu vas me prendre pour un fanatique...


C'était à demi-mot, mais Ruki n'aimait pas vraiment parler de choses, en disant les vrais mots, il trouvait ça assez vulgaire, et ne le faisait que pour allumé Reita, ou faire mauvais genre. Faire sa petite racaille. En tout cas, Reita finit enfin par mettre à jour, du moins sous la couverture, ce que Ruki attendait, et pourtant lui qui adorait rendre Reita fou de lui et lui laisser bien le temps d'avoir envie de lui plus qu'il ne fallait, cette fois-ci ne le fit pas attendre. Après tout, Ruki avait tout fait pour embêter Reita, et ce qui au début ne devait être qu'une petite plaisanterie, était beaucoup plus sérieux. Aussi Ruki devait prendre ses responsabilités, et puis, au fond, il adorait prendre soin de son Reita, de cette partie-là surtout, et surtout, c'était amusant d'être planqué sous la couverture à l'abri du regard indiscret de son blond sur lui. Et tant pis si il ne voyait pas l'effet qu'il faisait à Reita avec ses soins, il pourrait toujours les entendre et même surtout bien les sentir. Après tout, tout le monde disait que Ruki aimait bien lêcher n'importe quoi... tout ça pour deux ou trois guitares et micro qu'il avait lêcher dans sa vie... Pfff, si ils savaient à quel point Ruki préférait faire ça sur son blond, ça et tout le reste avec lui... Ah ça lui donnait des envies de balancer des rumeurs... Mais calmons-nous et appliquons nous à faire que Reita se sente parfaitement bien, et tellement bien qu'il pourrait le sentir... Ah ce corps allait le rendre dingue tiens.
<./blockquote>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuki Akira

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 25

Identity Card
▬ Qui suis-je ?: Reita, un bassiste ordinaire quoi!
▬ Que fais-je ?: De la musique, quel question!
▬ Mes Secrets: Un secret? C'est quoi, ça?

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Jeu 15 Mar - 17:46

    Si j'avais été encore en pleine maîtrise de ma tête, je lui aurais sans doute expliquer, en argumentant et avec preuve à l'appui, ce que je voulais dire. Et ce même si je sentais qu'il ne faisait que me taquiner, avec son petit discours. Parce que j'étais comme ça, jamais vraiment sûr s'il était en train de plaisanter ou pas. C'est qu'il parlait quand même très sérieusement. Alors bon, avoir été dans un autre état, je lui aurais expliquer que même dans les bras d'une autre, je ne pourrais penser qu'à lui. Et que de toute façon, les filles nues c'est pas excitant.

    Mais le grand problème de l'histoire, c'est que je n'étais pas dans un état pour argumenter ou dire quoi que se soit de raisonnable et sensé. Mon petit brun préféré avait vraiment le tour de m'exciter, même quand je le voulais pas, et cette fois-ci ça avait été ridiculement facile pour lui. Mais c'était pas juste dans un sens, parce qu'il gagnait toujours en partant et moi, j'étais destiné à perdre. Sauf que j'adore perdre quand il s'agit de lui. Sur certain point. Sur ce point là en tout cas. Bref. Je me comprends, c'est l'essentiel.

    Ruki dû bien le voir qu'il était en parfait contrôle de la situation en ce moment, puisqu'il continuait à s'amuser en me faisant languir. Surtout qu'il reprenait mes paroles pour les remettre contre moi. Je sais que j'ai dit pas de sexe ce soir. Il faut pas, on peut pas, trop fatigué, encore une trop grosse journée demain... Mais merde, je ne pouvais plus dire pas de sexe ce soir. Enfin si, c'était possible. S'il quittait mon appartement et me laissait seul. Et même si ça arrivait, je crois que j'irais dans ma chambre sortir ma collection de photo de lui et... c'est ça.


    -Je sais ce que j'ai dit... Mais fait quelque chose ou... ou... je vais me finir tout seul .

    C'était pas vraiment une menace valable, en plus... Puisque si Ruki reste dans mon appartement, je préfère de loin que ce soit lui plutôt que des photos de lui. Donc il y aurait un plus forte probabilité que je le force plutôt que j'aille gentiment dans ma chambre ou la salle de bain. Mais de toute façon on en arrivera pas là, puisque mon amoureux est pas si cruel que ça, qu'il va être gentil, arrête de profiter de ma situation et finir tout ça, hein?

    Ou bien il continuera de profiter de ma situation mais en acceptant de tout finir... Déjà, il commençait à me donner des ordres. Mais des ordres légitimes. Il ne pouvait pas vraiment me déshabiller lui-même avec son plâtre. Je lui obéis donc, parce que je voulais la suite autant que lui. Il avait encore son petit air enfantin excitant qui était tellement adorable, c'était pas possible. Enfin, je descendis mon pantalon et mon boxer, mais avec la couverte je ne pouvais pas vraiment voir l'ampleur de l'érection qu'il m'avait donné. D'ailleurs il ne se fit pas attendre et glissa sa tête sous la couverture, attrapant mon membre et s'appliquant dessus comme si s'y applique avec ses micros sur scènes. Comme je ne pouvais rien voir, je laissai tomber un gémissement de surprise lorsqu'il commença, m'attendant à ce qu'il me fasse languir encore. Mais non, il s'y attelait très bien, et même si j'essayais de ne pas trop faire de bruit, parfois c'était impossible. Ma chaleur interne continuait d'augmenter en flèche. La couverture m'énervait royalement, aussi. En plus de faire plus de chaleur, elle m'empêchait de voir Ruki, ou même de passer ma main dans ses cheveux pour l'encourager à continuer. Je ne pouvais que profiter des soins qu'il me donnait, jusqu'à en devenir presque fou.

    Lorsque je sentis qu'enfin, j'allais être libéré, je criai le nom de mon amoureux pour l'avertir. Immédiatement après vint la délivrance, douce et intense, qui me laissa essoufflé et légèrement en sueur. J'eus comme un coup de fatigue, aussi. Parce qu'il faut le dire, c'est quand même épuisant. Je soulevai la couverte pour faire apparaitre la petite tête brune. Ah, j'avais tellement envie de l’embrasser... Alors je ne me retins pas. Je l'attirai vers moi et mes lèvres s'emparèrent avidement des siennes prolongeant un baiser qui signifiait clairement (du moins, je l'espère) que j'avais apprécier. Je du fermer les yeux pendant que je l'embrassais, et j'eus un peu de difficulté à les ouvrir lorsque notre baiser fut terminer.


    -Maintenant on se concentre sur le film. On en a déjà manqué un bon bout...

    Je n'allais pas être capable de suivre le reste du film, c'est sûr. Qu'importe. Tant que j'ai Ruki, c'est déjà parfait. Je remontai boxer et pantalon, avant de l'inciter à reprendre sa place entre mes bras en étouffant un bâillement. J'allais encore une fois bien dormir ce soir.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsumoto Takanori

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 29/06/2011

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Sam 17 Mar - 19:46

Ruki était seulement un petit mauvais. Fallait croire que c'était ça, vu la façon dont il adorait embêter son petit Reita. Il est vrai que Reita devait aussi aimé la façon dont Ruki le dérangeait, du moins, il imitait bien le petit ami asservit qui en redemandait. Une chose qui faisait plus que sourire le petit brun. Il fallait dire que c'était bizarre de voir Reita à sa merci, mais c'était pas vraiment dérangeant, il ne pourrait pas s'y habitué, parce que connaissant Rei, ça n'arriverait que très rarement, mais en tout cas Ruki prenait ce qu'on lui donnait, et en ce moment, voir Reita le menacer de partir se finir tout seul le faisait rire. C'était mal de rire pour ça, mais de toute façon Ruki ne comptait pas être mauvais trop longtemps. Un bon petit Ruki qui fait ce qu'on lui dit, quand il est d'humeur, mais là il pouvait être que d'humeur. Et Reita qui lui obéissait, c'était vraiment magique. Planqué sous sa couverture, le petit brun s'amusait bien, même si il ne voyait pas son Reita, il l'entendait, et il se délectait de chaque sons que son blond d'amour laissé échappé. Il avait tout fait pour, et maintenant il assumait les conséquences voulues, de ses actes. Ruki était Ruki. Et profiter de Reita lui faisait toujours plaisir, après tout c'était son amoureux, et puis il y avait cette chose chez Reita, ce petit rien qui le rendait si parfaitement désirable, et qui rendait Ruki désireux de lui plaire, encore et encore. C'était Ruki, il avait besoin d'être rassuré par son beau blond, et puis celui là il ne voulait pas qu'il parte dans la nuit, sans le prévenir. Parce qu'il tenait trop a son blond, et ce même si il faisait n'importe quoi, et ne savait jamais comment se comporter bien avec lui; il apprendrait avec le temps, si Rei le lui laissait. En tout cas une chose était sûre, il aimait bien entendre son blond atteindre l'extase, du moins quand c'était à cause de lui. Sûr que si ça avait été quelqu'un d'autres avec Rei... Il aurait fait un massacre. Mais c'était pas le cas, et encore heureux pour son amoureux qui le tirait vers lui pour l'embrasser déjà. Un baiser que le petit brun tenta de faire durée le plus longtemps possible, parce qu'il savait. Il savait que quand viendrait la fin, il ne tiendrait pas jusqu'au bout du film. Oh que non. Déjà que les films dans ce genre là n'était pas sa tasse de thé, il commençait à avoir envie de dormir seulement contre son blond. Aussi quand il mit fin au baiser, Ruki attendit sagement que Reita se rhabille, et se réinstalle correctement, pour pouvoir s'installer tout contre son torse, complètement à l'opposé de la télé pendant qu'il répondait seulement.

-J'ai jamais aimé ce genre de film, tu le sais très bien.

Il lâcha un petit soupir, il était bien là, et tant pis si Reita n'était pas bien dans cette position avec cette masse contre lui. Ruki était bien, sous la couverture, contre son amoureux, loin des images violentes pour rien, avec juste ce qui lui restait d'envie de Rei, et s'endormir tranquillement. Voilà comment finirait sa soirée. Sûrement, qu'il rêverait des choses que Reita pourrait lui faire, du moins de lui et Rei, ça c'était sûr. En tout cas, le petit brun ferma doucement les yeux, et déposa un baiser à proximité, soit sur le torse de Rei a travers les vêtements, en ajoutant tout bas.

-Promis. Je ne le ferais plus.

Il parlait d'embêter Reita devant un film. Surtout quand Rei était très fatigué, et que le film ne l'intéressait pas vraiment. Mais c'était plus fort que lui. Peut être que finalement, il faisait parti de ses gens qui ont besoin qu'on les voit tout le temps, qu'on sache qu'ils sont là, et qu'on leur prête attention. Sûrement. Etant monsieur le petit pervers de son ancien groupe, avec toutes ses groupies blondes, et stupides, sûrement. Il se serra un peu plus contre Reita, tandis qu'il s'endormait, il dit

-Tu es mon petit ami. A moi.


Pourquoi? Parce que c'était la barrière entre la conscience, et l’inconscience qu'il venait de passer, et doucement il sombra dans un profond sommeil. Après cette dure, et longue journée loin de son Rei, et cette soirée plus que difficile en émotion, enfin, il y avait le repos dans ses bras. Quoi demander de plus?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuki Akira

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 25

Identity Card
▬ Qui suis-je ?: Reita, un bassiste ordinaire quoi!
▬ Que fais-je ?: De la musique, quel question!
▬ Mes Secrets: Un secret? C'est quoi, ça?

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Mar 20 Mar - 15:11

    Ce n'était pas raisonnable. Ruki était loin d'être raisonnable, et pourtant je le suivais là-dedans, parce que je le voulais bien. Si vraiment j'avais voulu qu'il arrête son manège, il aurait été obligé d'arrêter depuis longtemps déjà. Mais c'était mon petit brun, et j'étais trop sensible à ses gestes, et à sa présence, parce que je le voulais bien. Il n'y avait que lui qui pouvait me faire sentir comme ça, me rendre complètement fou, que lui à qui j'acceptais de montrer mon côté plus vulnérable. Même si c'était parfois gênant, cette gêne rendait les choses plus agréables, dans un sens. Et puis, c'était Ruki, j'avais une parfaite confiance en lui et je l'aimais profondément.

    Lorsque nos lèvres se rencontrèrent encore, j'eus envie de le serrer fort contre moi, pour qu'il ne puisse jamais s'en aller. Mais je sentais la fatigue prendre toute la place dans mon corps, et même si je voulais lutter contre, il y a un moment où on a même plus la volonté de se battre, et on finit par abandonner. Mais abandonner quand on est pour s'endormir avec notre petit amoureux dans les bras, c'est un magnifique abandon, je trouve. Je pensai un moment qu'il faudrait peut-être au moins se diriger vers la chambre, et dormir dans le lit... Mais le film n'était pas encore fini.


    -Hmm... la prochaine fois tu choisiras.

    Parmi toute ma collection de film, il devait bien y en avoir au moins un ou deux qu'il apprécierait. Eh bien, qu'il choisisse lui-même. Moi je les aimais tous, c'est pas compliqué. Je n'irais pas acheter des films que je n'aime pas non plus. Mais c'était un problème tout à fait superficiel en ce moment. Je me calai un peu plus sur le canapé, pour être confortable, et tentai de regarder les images qui défilaient sur l'écran. J'avais aucune idée de où on en était rendu dans l'histoire, et je n'arrivais pas à me concentrer assez pour comprendre ce qu'il se passait. J'étais plus concentré sur Ruki, Même si je voyais qu'il n'écoutait pas le film, même si je voyais qu'il s'endormait, toute mon attention était concentré sur ce petit visage paisible qui semblait totalement confortable.

    Je ne lui répondis rien, parce que j'avais rien à répondre. Je n'étais pas totalement contre le fait qu'il refasse ce genre de truc, après tout. Mais je ne pouvais pas clairement le dire non plus, sinon c'est sûr qu'il en profiterait. Et je ne suis pas totalement pour, donc valait mieux ne rien dire. Tant qu'à ne pas suivre le film, je fermai les yeux, remontai un peu la couverture et replaçai mes bras autour de Ruki pour être confortable. Je dormais presque lorsqu'il parla encore, alors je ne répondis rien. Puis je tombai dans un profond sommeil.

    Je ne me souviens plus des rêves que j'ai fait. Peut-être même que je n'ai pas rêvé. J'avais seulement toute la nuit cette impression d'être un peu pris, de devoir faire attention. Après tout, je ne pouvais pas bouger comme je le voulais, parce que si je bougeais trop, mon amoureux risquait de se retrouver sur le plancher... Quand je me réveillai au matin, j'étais ankylosé de partout, j'avais encore sommeil mais je n'arrivais plus à me rendormir. J'ouvris les yeux pour voir un Ruki qui dormait toujours confortable sur moi. Il avait vraiment l'air d'être bien, mais moi je devais absolument bouger et m'étirer un peu...

    La télé jouait encore, parce qu'on avait oublié de la fermer. Je mis le son en sourdine et changer de poste pour tomber sur les nouvelles. L'heure en bas affichait 5h du mat. Mon corps était décidément trop habitué de se lever à cet heure-là pour aller courir... C'était bien dans un sens, parce que j'avais vraiment envie d'aller courir, de bouger après avoir passé la nuit coincé sur ce canapé. Mais pour ça il fallait que je me faufile sans réveiller Ruki, ce qui semblait être une mission impossible. Bon, aller, courage. Je me relevai sur un coude, et tentai de me dégager tranquillement, doucement, pour ne pas réveiller mon amoureux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsumoto Takanori

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 29/06/2011

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Ven 23 Mar - 12:31

Ruki dormait à point fermé. Il n'avait pas entendu Reita lui répondre, et a vrai dire, n'arriva pas à la fin du film, vu son état, il s'endormit presque tout de suite. Ruki était incapable de se souvenir si il rêvait, ou non, a vrai dire, c'était du sommeil, et dormir lui faisait du bien, dormir avec Reita contre lui était quelques choses de rassurant, de chaleureux, ça et la couverture. Reita était vraiment le petit ami parfait, alors oui, pourquoi vouloir dormir ailleurs que dans ses bras? Même son propre lit ne lui manquait pas une seule seconde, sans Reita à quoi bon avoir un bon lit pour passer sa nuit? Il aurait même pu dormir par terre avec Reita, comme à la bonne vieille époque quand ils restaient tard au studio et s'endormait sur les canapés. C'était la bonne époque. Et cette nuit était une époque encore meilleure. Tout était parfait dans ce magnifique tableau, tout, sauf le blond qui s'était réveillé, et tentait de s'enfuir pour courir. Enfin ça Ruki ne le sentit pas vraiment, ni même le changement de volume de la télé, ou Reita qui essayait de le déplacer sans qu'il tombe sur le sol. Mais pourtant, il ouvrit les yeux quelques instants, enfin, entreouvrit, parce qu'il faisait trop lumière pour lui. Il n'était pas vraiment réveillé, mais un mini sourire se plaça sur ses lèvres quand ses prunelles tombèrent sur le visage de son blond. Il aurait pu l'embrasser, mais Ruki était bien trop à mi-conscience pour bouger un seul muscle. Il avait encore sommeil. Il ne pourrait pas se lever et commencer une journée à cette heure-ci. Il demanda alors, sans comprendre pourquoi Rei était déjà réveiller.

-Quel heure il est?

Et puis un détail lui revint. Reita de bon matin allait courir. Et ce détail fit soupirer Ruki. Il ne voulait pas que Reita s'en aille. Ni lui, si sa chaleur, ni même l'assurance de l'avoir contre soit. C'est sûr que Reita allait revenir, après tout, il était chez lui, mais l’optique d'être tout seul dans ce canapé sans son nouvel oreiller préféré ne l'enchantait guère. Il agrippa un peu à Reita lui disant, toujours pas réveillé.

-Ne pars pas. Restes encore un peu avec moi. Il fera trop froid si tu t'en vas.. M'enlève pas mon oreiller ...

Mais le petit brun savait parfaitement que Reita ne l'écouterait pas, et partirait. Il lui avait dit, c'était son habitude d'aller courir. Mais Ruki n'était pas d'humeur à se réveiller. Comme si son rêve était bien trop agréable pour qu'on l'empêche de le continuer et pour l'instant, son rêve c'était d'être avec son blond, et de l'aimer sans se soucier de rien d'autres. Mais Reita allait partir, et le brun lui gênait le passage, aussi il voulait s'éloigner un peu, lui laisser de quoi passer, mais Ruki était Ruki et n'étant pas réveiller, il ne contrôlait pas vraiment son petit corps, il lui dit quand même, les yeux toujours clos depuis tout à l'heure

-Promets que tu reviendras pour moi....

Et ce fut juste après cette phrase, que le petit chanteur brun se retrouva sur le sol, après un bruit sourd. Il venait de tomber par terre, enrouler dans la couverture, et même si il laissait des gémissements de douleurs être audibles, il ne semblait toujours pas pour autant réveiller. Ruki était là, allongé sur le sol, dans une position pas forcément confortable, loin de la chaleur de Reita, après être tombé par terre, ce qui n'avait rien d'amusant, ni de réjouissant, et pourtant, le petit brun ne bougea plus d'un pouce, laissant le sommeil faire son oeuvre, et le replonger doucement dans les bras de morphée avec qui il trompait Reita la nuit. Ah si, il se souvenait de son rêve... Il rêvait de Reita, et de lui ensemble, un rêve bien agréable dont il n'avait aucune envie de quitter pour l'instant, surtout pas si son Vrai Reita s'en allait deux heures le laissant tout seul, éveillé a n'avoir rien à faire. Et puis... Comme ça, le blond devra bosser, et quand il rentrera de son sport, il devra le réveiller comme la belle au boid dormant qu'il était. Parce que oui, il dormait plus que Reita, et il en avait besoin, son petit corps n'était pas comme celui de Reita, il n'était pas tailler pour courir le matin, ni pour tenir aussi longtemps dans une journée, et faire autant l'amour en étant le dominant, donc celui qui faisait tout le boulot. Décidément Rei était vraiment parfait, tout son contraire, tout pour compenser le petit brun qui dormait déjà à point fermé à nouveau. Ah si je vous jure, il était adorable xD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuki Akira

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 25

Identity Card
▬ Qui suis-je ?: Reita, un bassiste ordinaire quoi!
▬ Que fais-je ?: De la musique, quel question!
▬ Mes Secrets: Un secret? C'est quoi, ça?

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Sam 24 Mar - 17:45

    Depuis que j'avais quitté le groupe, j'aimais beaucoup mon horloge biologique qui me réveillait toujours de bonne heure le matin, qu'importe l'heure à laquelle je m'étais couché. Comme ça je pouvais toujours aller courir quand le soleil se levait à peine et quand il y avait moins de monde dans les rues de Tokyo. Ce matin-là ne faisait pas exception à la règle. Je me réveillai tout courbaturer d'avoir dormi dans une position pas trop confortable, et mon corps me criait d'aller courir un peu pour me délier les muscles. Je n'avais pas beaucoup dormi, mais qu'importe. Je me coucherai plus tôt ou bien ferai une sieste en après-midi. Si j'en avais la chance.

    Enfin, opération numéro un de la journée, me lever sans réveiller Ruki. Résultat: échec. Du moins c'est ce que je crus lorsque je l'entendis murmurer, alors que j'étais encore en train d'essayer de me glisser hors du canapé sans le déranger. J'arrêtai un instant de me d'essayer de me dégager pour regarder le visage de mon amoureux à moi. Les petits yeux à moitié ouverts, un faible sourire... Je l'avais définitivement réveillé alors qu'il manquait cruellement de sommeil. Échec totale de la première opération...


    -5h du matin. Tu ferais mieux de te rendormir.

    Je recommençai à essayer de me sortir de là. Mais j’espérais que Ruki se rendorme, alors je ne pouvais pas simplement le pousser brusquement pour que je puisse sortir. J'avais réussi à me dégager encore un peu plus lorsque mon petit brun me suppliait presque de ne pas m'en aller. Ah, il est cruel. Dis comme ça, je n'avais vraiment vie de m'en aller non plus, je voulais qu'il soit bien, qu'il dorme bien, mais je voulais et devais aller courir. Je n'y étais pas aller hier, il ne fallait pas que je commence à abandonner mes habitudes non plus. Il fallait que j'y aille. J'espérais bien que Ruki comprenne un peu...

    -Je dois y aller, mais je reviens vite. Rendors-toi, Ruki.

    Je sentis qu'il essayait de me laisser un peu d'espace pour partir. Puis il dt une dernière phrase, montrant que pour une fois il était plus raisonnable, avant de tomber sur le sol. Oups... C'était pas de ma faute, mais la sienne cette fois! D'ailleurs, c'était un peu remarquable qu'il ne se trouve par terre que ce matin. Je croyais qu'il serait tombé plus tôt dans la nuit... Je regardai avec un léger sourire amusé mon amoureux sur le sol, un peu souffrant. Je m'attendais ;a ce qu'il se relève et remonte sur le canapé, alors j'en profitai pour me lever avant qu'il ne reprenne sa place sur moi. Il ne se releva pas par contre, alors je m’inquiétai un peu. En me penchant vers lui, je vis qu'il s'était rendormi. Eh bien... Tant mieux! Mais il ne pouvait pas rester comme ça sur le sol. Et même, le remettre sur le canapé, avec uniquement la couverture, il risquait d'avoir un peu froid. Je le pris dans mes bras et l'entraînai dans ma chance pour le déposer sur mon lit, enroulé dans la couverture du salon. Une chance quand même qu'il n'était pas si lourd. Je remontai sur lui les couvertures du lit, posai un baiser sur son front, avant de le regarder un peu, un sourire amusé sur les lèvres.

    -Promis, je reviens pour toi tout à l'heure.

    Puis je me changeai dans des vêtements pour le jog, je ramassai mon cellulaire, mon ipod et mon portefeuille, puis je sortis de la maison. Avec de la musique entraînante dans les oreilles, je courus dans les rues de Tokyo qui se réveillait à peine. Lorsque je sentis mes muscles se fatigué peu à peu, je ralentis le rythme en revenant vers mon appartement. Je m'arrêtai dans une petite épicerie pour acheter de quoi remplir mon frigo. Puis, les sacs à la main, je rentrai chez moi. J'essayai de ne pas trop faire de bruit, me demandant si Ruki dormait toujours. Je rangeai rapidement ce qui devait aller au frigo, laissai trainer le reste sur la table, avant de me diriger vers ma chambre. Je me couchai à côté de mon amoureux, passer un bras autour de lui, et commencer à embrasser sa nuque et ce que j'atteignais de son visage. 7h30, c'est une belle heure pour se lever je trouve. Et puis, je ne voulais plus qu'il dorme. Quoique j'aurais pu le réveiller après ma douche. J'avais encore quelques mèches collé sur mon visage par la sueur de la course. Qu'importe. Je continuai de l'embrasser doucement, en murmurant doucement son nom. Je mordillai un peu son oreille pour le forcer à se réveiller. J'avais un peu envie de jouer. Mais c'est que j'étais tellement heureux en ce moment. La course m'avait fait du bien, dehors il faisait magnifiquement beau, et surtout j'avais Ruki dans mon lit, juste à moi, juste pour moi. qui pourrait être malheureux en une journée pareille?

    -Aller, debout, paresseux!

    Sexe le soir et le matin qu'il disait, non? Je recommençai à embrasser ce que je pouvais qui n'était pas recouvert par les couvertures. C'est à dire pas grand chose. Je repoussai donc la barrière des couvertures de mon lit, mais il restait encore la couverture du salon. Plus petite, je pus tout de même glisser ma main en dessous, trouver le bas du chandail de Ruki et glissai ma main dessous pour caresser son ventre et son torse, avant de m'attarder sur un de ses têtons.

    -Aller namour, réveille-toi ou c'est toi que je prends pour petit déjeuner.

    Hmm... je pourrais tout aussi bien me venger pour le réveil d'hier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsumoto Takanori

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 29/06/2011

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Dim 25 Mar - 18:49

Ruki s'était si vite endormit. Il n'avait pas vu Reita partir. Il n'avait même pas sentit son blond le porter jusque dans son lit. A vrai dire la seule chose que son corps capta, était la douce chaleur qui venait de se rajouter à lui. Une douce chaleur dont son petit corps n'allait pas se plaindre. Oh bien sûr, il aurait préféfé milles fois que ce fut Reita, mais la vie, et les impératifs, n'aideraient jamais leurs couples. Il fallait s'y faire, même si c'était une des choses que Ruki détestait, se plier aux règles. Il s'endormit vite, rêvant toujours de son blond. Il rêvait très bien de son Reita, et sûrement d'autres choses, dont il ne se rappelait plus, puisque deux longues heures étaient passés. A vrai dire, il dormait encore quand son amoureux venait de rentrer dans la chambre. La seule chose dont Ruki était sûre, était que c'était bien son Reita qui venait de se coucher à ses côtés, parce que même si il dormait, il se sentait étrangement bien, et ce ne fut que le début de la fin pour le brun. Il dormait paisiblement comme le lézard qu'il était, quand des petits baisers commençaient à le gêner, et c'est comme ça qu'il fut reveiller, et put sentir son décoloré s'attaquer à son lobe de l'oreille, non mais, on mord pas cet endroit! Ruki était un peu outré, mais surtout, il y avait ce sourire qui commençait à se pointer sur ses lèvres, qu'il tentait de réprimé fortement, pour lâcher, de façon presque naturel.

-Arrêtes... mon petit ami va bientôt rentrer...

Et puis, il se retourna vers son bel amoureux, un grand sourire aux lèvres, juste pour embêter l'amour de sa vie. N'empêches, Ruki frissonna sauvagement quand Reita vint glisser ses mains sous ses tonnes de couvertures contre le froid. Argg, Reita était pire que glacé. C'était une torture, une torture qui faisait gigoter Ruki comme un gamin à cause des chatouilles. Il lui dit alors, presque mécontent.

-Mais t'es gelé! C'est inhumain comme réveil. Je vais me plaindre au syndicat des petits amis.

Ah ce que Ruki détestait Reita, et son attaque par le froid. Quoi comment ça c'était lui qui était bouillant? Pas du tout, il refute tout ça le petit brun, il nie tout en bloque fortement. Non, mais Ruki était quand même de bonne humeur, même de très bonne humeur, parce que Reita était là, souriant, et puis c'était suffisant comme raison au brun. Si bien, qu'il avait ce petit sourire, ce petit sourire, avant de dire une grosse bêtise.

-Prend moi pour petit déjeuner. Ou prend tout ce que tu veux, mais d'abord...

Ruki passa sa petite langue sur ses lèvres, presque aussi brûlante que le reste de son corps, surchauffé par les couvetures, et s'approcha de son blond, de ses lèvres, pour l'embrasser, parce que oui, un réveil descent commençait par un vrai baiser, que le petit brun ne réclamait plus, mais se servait tout seul. Un vrai baiser qui dura suffisamment longtemps au goût de Ruki, pour y mettre fin, et pousser son blond, pour se mettre tout contre lui, en lui disant.

-Le Docteur a dit, que d'habord, tu devais te réchauffer, avec moi, parce que, tu es froid. Tu es froid, et le froid, c'est très mauvais pour des petits blonds dans ton genre...

Ah, il voulait rester purement platonnique, mais c'était pas possible. Il venait de goûter aux lèvres de Reita, et puis, il était tellement beau, comme ça, tellement tout plein de sueur, ah si, il faisait vraiment Reita dans toute sa splendeur, et son naturel. Tout sexy viril homme qu'il était. Ruki ne put résister bien longtemps à l'envie d'ajouter.

-Tu es tellement beau mon sportif si viril, avec tous les efforts que tu as fait, tu dois être tout fatigué, tout collant, alors c'est pas ma faute si tu restes là avec moi si longtemps... T'es collé à moi maintenant.


Ruki déposa un baiser sur la joue de Reita, et puis un autre au coin de ses lèvres, mais c'était plus fort que lui, et il fallait qu'il revienne goûter à ses lèvres une nouvelle fois. Parce que Reita lui avait tant manqué. Tellement, tellement, tellement, qu'il le serrait tout contre son petit coeur. Son amoureux à lui. Son amoureux privé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuki Akira

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 25

Identity Card
▬ Qui suis-je ?: Reita, un bassiste ordinaire quoi!
▬ Que fais-je ?: De la musique, quel question!
▬ Mes Secrets: Un secret? C'est quoi, ça?

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Lun 26 Mar - 18:17

    Habituellement, lorsque je reviens de ma course matinal, je commence par prendre une bonne douche, puis un bon café devant un bon petit déjeuner, les nouvelles ouvertes et regardant mes derniers messages dans ma boite de messagerie internet par mon téléphone. Des matins normaux et réguliers, comme n'importe quel japonais pourrait avoir avant d'aller bosser. Mais n'étant pas vraiment ce qu'on pourrait qualifier de japonais normaux, il m'avait toujours manqué un petit quelque chose dans cette routine matinal, même si j'avais jamais vraiment réussi à comprendre ce qu'il manquait. Était-ce simplement la présence de Ruki qui me manquait pour rendre mes matins parfait? Je sais pas. Ce serait ridicule, quand même. Mais le fait est que ce matin, j'étais particulièrement heureux d'ajouter une étape à ma routine.

    Après avoir couru mon parcours habituel, puis être rentrer avec de la nourriture pour survivre quelque chose, j'avais pratiquement sauté dans mon lit pour réveiller mon amoureux encore endormi. Probablement que pour lui c'était tôt, mais je ne voulais pas qu'il dorme encore. C'était pas marrant quand il dormait. Et puis, il était si mignon encore endormi que je ne pouvais pas résister au plaisir de le réveiller. Couché à côté de lui dans mon lit, j'entrepris donc le réveil à grand coup de petit baiser. Lorsqu'il commença à s'éveiller, je ne pus m'empêcher de sourire davantage, et de multiplier encore plus mes petits baiser.


    -Réveille-toi. Tu dors encore pour dire des trucs pareils.

    Il se retourna vers moi, grand sourire aux lèvres, mais il restait tout de même une chance pour qu'il se rendorme si je le laissais faire. Il valait mieux le réveiller complètement, une bonne fois pour toute, pour ne pas qu'il refermer ses petites queneuilles quand j'irai me doucher. D'ailleurs, faudra trouver aussi une façon pour qu'il puisse se laver malgré son plâtre... On y réfléchira plus tard, pour l'instant je m'appliquai à caresser son torse si chaud à comparer à mes mains. Même si j'avais couru, il ne faisait pas particulièrement chaud en ce début de printemps, et j'avais marcher avec les sacs d'épicerie dans les mains, donc mon corps avait dû se refroidir plus que je le croyais. Mais il était si chaud, c'était agréable. J'allais certainement pas retirer mes mains, il allait devoir vivre avec le froid.

    Je ne pus que rire devant ses plaintes, qui me donnèrent seulement envie de le serrer fort dans mes bras sans lui laisser une chance de s'échapper. Je me contentai plutôt de m'arrêter progressivement de rire en voyant son fameux sourire s'élargir. Puis il s'offrit en petit déjeuner, et j'allais répondre je ne sais trop quoi quand je fus réduit au silence par ses lèvres si chaude à comparer aux miennes. Je ne pus qu'essayer de m'accaparer cette chaleur en répondant à son baiser, sans vraiment vouloir y mettre fin. Mais Ruki finit par me repousser pour se coller contre moi. Il était tellement chou en ce moment que je n'avais plus vraiment envie de le manger comme il le proposait tout à l'heure, j'avais seulement envie de le serrer dans mes bras et profiter de sa chaleur.


    -Ah oui, réchauffe-moi jusqu'à ce que tu n'es plus de raisons de te plaindre à ton syndicat. Donne-moi de ta chaleur pour que tu refroidisses. Tu es trop brûlant pour être manger maintenant.

    Mais si ça restait en que du platonique, ce n'était pas vraiment une vengeance pour le réveil d'hier. Toutefois, Ruki aurait beau faire tous les efforts du monde pour paraitre le plus mignon possible, il ne réussira jamais à faire s'éteindre ce désir constant que j'ai pour lui, pour son petit corps, ses lèvres, sa peau... Il m'embrassa une nouvelle fois sur la joue, puis au coin des lèvres, et puis mes lèvres. Je profitai de ce nouveau contact pour le repousser sur le dos, et commencer à remonter son haut.

    -Il reste quelque barrière qui m'empêche de vraiment être collé à toi, tu sais. Faudrait se débarrasser de ça... Ça contribuera à te refroidir pour que je puisse te manger plus vite, aussi.

    Je restais très sérieux, tout de même, essayant d'étouffer le sourire qui voulait toujours prendre sa place sur mes lèvres. Enfin, je lui retirai son haut, puis retournai embrasser la douce peau au creux de son cou, tout en explorant son corps, le caressant doucement de mes mains que j'espérais un peu plus chaude que tout à l'heure.

    -Ah... ma belle au bois dormant, tu es sûr que je peux manger ce que je veux? Tout ce que je veux?

    Je lui fis un petit sourire qui en disait long, avant de venir jouer avec ma langue sur un de ses petits boutons de chair. Mon désir augmentait doucement, probablement en même temps que la température de mon corps. Ah, Ruki, Ruki. Désolé, je ne suis qu'un pervers. Mais c'est entièrement ta faute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matsumoto Takanori

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 29/06/2011

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Sam 31 Mar - 18:33

Il y avait des jours comme ça, des moments parfaits, des matinées qu'on voudrait faire durée encore et encore, et comment dire, tant pis si les choses ne duraient pas, parce qu'un autre matin, une autre journée se leverait, et à ce moment là, tout serait différent, mais pareille, et encore mieux. Parce que la vie était ainsi quand on aimait. Il y avait des hauts, et des bas, et c'était bien pour ça qu'être ne couple était beau, pour tout les hauts qui existaient. Et ce matin, Ruki était réveillé par celui qu'il aimait, par celui qui faisait battre son coeur, et tant pis si il disait n'importe quoi pour embêter Reita, parce que son blond ne s’énerva pas, parce que rien ne pourrait gâcher ce moment, rien, ou presque rien, parce que le petit brun était un petit chanteur capricieux, et son blond un petit obsédé sexuel. Ruki était tout mignon, tout naïf, certe il avait dit à Reita qu'il voulait du sexe tout les jours, mais a vrai dire ce matin, il voulait juste profiter de sa présence, juste être là avec lui, sans forcément que ça tourne malsain. Il se serra contre Reita. Qui lui disait des choses, des choses presque mignonnes, mais presque seulement. Et Ruki lui répondit alors.

-J'ai pas envie de me refroidir. Ma température est parfaite. C'est pas ma faute si toi t'es tout froid. Moi j'aime ma température. Vilain petit ami. Je vais me plaindre.

Il fit un petit sourire quand même, tandis qu'il l'embrassa, il se fit repousser sur le dos par un Reita bien entreprenant, et Ruki savait. Il savait très bien ce que Reita voulait ce matin. Il savait parce que son blond avec ce regard, et puis ses mots ne pouvaient pas le tromper. Il remontait son haut, et Ruki était vraiment contre tout ça. Il repoussa son haut sur sa peau, pour la couvrir à nouveau tandis qu'il répondait à Reita.

-T'es qu'un sale obsédé sexuel, ma parole. Va prendre une douche froide, et laisses ma température comme elle est. C'est toi qui devrait te refroidir, t'es tout excité comme un taulard qui a pas baiser depuis dix ans.

Il repoussa Reita du mieux qu'il pouvait, il voulait se dégager de son emprise, lui faisant un sourire pour ne pas qu'il le prenne trop mal, car ce n'était pas du tout le but. Certes, il aimait Reita, et il voulait lui faire plaisir, mais ce matin les humeurs de Ruki n'était pas au sexe. A vrai dire, il n'en avait pas envie, même si a force de contact avec Reita, son corps dirait le contraire, le petit brun refusait tout net que quoi que ce soit arrive ce matin. Pourquoi? Parce qu'il voulait voir si Reita et lui pourraient pas se sauter dessus toutes les cinqs secondes. Mise à part quand ils se disputaient, quoi que même là Ruki trouvait Reita irrésistible, ils ne pensaient pas à ça. Mais là, les mains de Reita sur son corps, toujours un peu trop fraîche, lui laissant l'horrible sensation d'avoir des frissons sur tout le corps, parce que oui Reita était Reita, et même refuser ses avances excitaient malgré lui Ruki. Mais il tenait bon le petit nain, il repoussait Reita, et arriva à choper une couverture, pour couvrir son corps dénudé par la faute du blond, tandis qu'il ajouta.

[b]-Non arrêtes, s'il te plais. Fais pas ça. Gâches pas tout. Juste laisses moi être avec toi, sans être nu, sans avoir besoin de ça. On peut rester ensemble, cinq minutes, sans se disputer, ni coucher ensemble, dis? Je voudrais juste regarder ton plafond d'un blanc presque jaune décrépir quelques instants à tes côtés, juste contre toi, juste profiter de ta présence, comme avant, quand... Tu étais juste un bassiste, et moi ton ami chanteur. Juste comme ça.[/b]

Ruki lui fit un petit sourire implorant. Il voulait vraiment essayer de pas succomber à l'attirance qu'il avait pour lui, et ne pas craquer. Après tout, quand au niveau sexuelle ils seront trop vieux pour coucher, faudra bien qu'ils se trouvent un passes temps, alors autant commencer à trouver les choses belles avec lui. Ruki resta allongé, attendant naïvement que Reita vienne le rejoindre, et reste a ses côtés, sans le tripoter. Même si viendrait un moment où ni l'un, ni l'autre ne pourraient résister, où alors que l'un des deux s'endormiraient. Après tout, c'était possible, surtout Reita qui avait couru, il devait être un peu fatigué, ça lui ferait du bien, de se reposer cinq minutes. Après tout, Ruki ne voulait pas que Rei finisse par tomber dans les pommes à trop tirer sur la corde. Ce serait pire que tout. Il prit la mains de Reita, pour l'inciter à venir le rejoindre, cachan toujours son torse avec la couverture, il commençait à avoir froid quand même. Vivement que Rei revienne contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuki Akira

avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 25

Identity Card
▬ Qui suis-je ?: Reita, un bassiste ordinaire quoi!
▬ Que fais-je ?: De la musique, quel question!
▬ Mes Secrets: Un secret? C'est quoi, ça?

MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   Mar 3 Avr - 15:47

[list]J'avais envie... de plein de chose. De caresser mon Ruki, de l'embêter, de profiter de sa présence... Et puis pourquoi je me gênerais à faire tout ça? Il était là dans mon lit, à ma porté, se réveillant de plus en plus à chaque seconde qui passe et moi, je ne pouvais que désirer me coller contre lui, profiter de la chaleur de sa peau et ce, quitte à l'énervé parce que moi je suis tout froid. En plus de tout ça, il avait dit qu'il voulait du sexe le matin et le soir. Et il venait de me dire que je pouvais le prendre comme petit déjeuner. Même l'homme le plus pur du monde ne pourrait pas résister quand on lui offrait un tel déjeuner sur un plateau de drap comme ça.

Moi, je ne pouvais pas résister. Et je ne vois pas pourquoi je résisterais. Je voulais renverser mon Ruki sur le dos, et commencer à profiter doucement de mon déjeuner. J'avais dans la tête plein d'image et de désir, de façon de manger, enfin, bref. Ça faisait un petit bout que j'étais levé, et j'avais faim! Mais bon, comme d'habitude, mon petit brun voulait se contredire et changer d'idée encore une fois. Il devrait être un peu plus constant dans ses paroles. Qu'importe, je l'aime quand même. Même si ce matin-là... Enfin.

Il se déjoua de moi en se rapprochant si près que je ne pouvais plus vraiment continué ce que j'avais entrepris. Et je ne pouvais décemment pas le repousser pour continuer. Pas avec l'air tout mignon qu'il prenait. Si mignon qu'il en coupait presque mon désir, c'était pas croyable...


-Alors laisse-moi me réchauffer avec toi. On peut remonter les couvertes si tu tiens à garder toute ta chaleur.

Je me serais bien éloigné pour aller chercher les dites couvertes que j'avais poussé au bas du lit mais je fus pris par les lèvres de Ruki qui revenait se coller sur les miennes. Cessant de réfléchir sur le coup, je fis ce que je voulais, je le renverser sur le dos, et je commence à préparer le terrain pour mon déjeuner. Ruki continuait de ce plaindre, mais il pouvait bien dire ce qu'il voulait.

-Qui sait si ça fait pas vraiment 10 ans...

Bien sûr que non, ça faisait pas 10 ans que j'avais pas eu de sexe. J'avais eu plusieurs courtes relations quand même. Parfois juste des histoires d'une nuit... Mais pas des comme ça. Pas des parfaites comme avec Ruki. Et oui, ça me donnait envie de continuer encore et encore, même si lui pouvait pas toujours suivre mon rythme. Faudrait vraiment que j'apprenne à me calmer un peu, que je lui laisse des chances. C'est d'ailleurs un peu ce qu'il me demandait, ce matin. Il m'avait repoussé, et sur le coup ça me froissa un peu. Mais je devais me rendre à l'évidence. Ça faisait plus longtemps que lui que j'étais réveillé. Peut-être qu'il était encore semi endormi et que c'est pour ça qu'il voulait pas? Que dans quelques heures, il accepterait? Je devais donc prendre mon mal en patience, dans un sens, et attendre. Attendre que ce soit lui qui vienne à moi, oui. Comme ça il me repoussera plus. Faudra qu'il fasse des efforts pour que je le désire. Si j'arrive à ne pas lui sauter dessus avant. Je suis qu'un pervers, je sais.

-Mon plafond est pas trop en train de décrépir. Mais tu sais, on pourra jamais redevenir comme avant...

Je pris tout de même place près de lui, me couchant à côté et passant un bras autour de lui de façon complètement platonique. Je posai mon visage près du sien, fermant les yeux, me disant que si je pouvais me rendormir je ne penserais pas à des trucs qu'il ne voulait pas que je pense et donc que je pourrais lui accorder le 5 minutes qu'il me demandait. 5 minutes, ce n'est pas très long, quand même. Je peux réussir à faire ça. Sans doute.

Pendant la première minute, tout allait bien je crois. Les yeux fermés, j'essayais de réguler ma conversation, un peu comme on fait avant de dormir. J'aurais aimé pouvoir bouger pour trouver la position la plus confortable possible, mais j'avais peur que si je bougeais, j'allais toucher encore plus Ruki d'une façon ou d'une autre. Et là je tombai dans ''l'overconscience'', si on veux. Même les yeux fermés, j'étais conscient de sa présence si proche. J'avais conscience de sa respiration, de certains de ses mèches qui touchaient à peine mon visage, de son corps simplement couché à côté du mien, si proche, mais pourtant si loin...

Est-ce que ça fait 5 min?? J'en peux plus!!

J'ouvris les yeux et m'éloignai, sortant complètement du lit. Lui faisant dos, je fouillai dans mes tiroirs pour prendre le linge que j'allais porter dans la journée. Avant de sortir de la chambre, je me tournai vers lui, essayant tout de même de ne pas trop le regarder en même temps.


-Je vais aller prendre ma douche...

Et oui, elle sera très froide... Glaciale même. ¶/list]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: When I grow Up [Akira]   

Revenir en haut Aller en bas
 
When I grow Up [Akira]
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» [Validée]Fiche technique d'Akira Kuukyo
» Retour à l'académie (PV : Akira)
» Désertion de Akira~Senjutsu du Grizzli
» Great men are not born great, they grow great . . .
» hwang sline ▬ I can grow and become your hero

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo -My Idol's LifeStyle- 2 :: ▬ TOKYO ▬ :: ▬ Minato :: Agence-
Sauter vers: